Janvier-Février 2022

Dimanche 20 février 2022 – De Samatan à Monblanc (32)

  • Finalement 20 au départ avec quelques retraits de dernière minute dont la cause n'est pas la difficulté du parcours (le nom de la destination finale aurait pu faire croire à un haut sommet, mais il avait été caché et seulement dévoilé au moment du départ...).
  • Après deux cents mètres de route, le chemin contourne une ferme dont l'environnement de nombreuses reliques de matériel agricole laisse fortement à désirer. Et nous entamons ce qui fait le charme du Gers (montées et descentes en succession) avec aujourd'hui un agrément supplémentaire en haut de chaque montée : la vue sur la chaîne des Pyrénées dans sa majesté. Bien sûr, c'est un peu gras, mais quelques morceaux de bitume permettent le décrottage des chaussures.
  • Nous passons l'Aussoue sur un joli pont et arrivons bientôt au château de Lahillaire, jolie résidence encore entourée d'une partie de ses douves et de sa petite chapelle coiffée d'un clocher-mur. On laisse de côté le lieu-dit « Les Côtes » (cela ne s'invente pas) et nous arrivons au point extrême de notre sortie : Monblanc, altitude 250m. 3 tables de pique-nique nous attendent dans l'espace loisirs avec vue imprenable sur les Pyrénées toujours aussi dégagées (pour ceux bien sûr qui leur font face).
  • Nous repartons en descente vers un petit lac, suivi d'une bonne montée pour mieux digérer les bons gâteaux généreusement distribués à la fin du RTS, avec café si souhaité.
  • Une petite hésitation à un embranchement (gauche ou droite) mais l'analyse le soir des documents officiels permettra de vérifier que le cadastre de la commune n'est pas plus à jour que la carte IGN du secteur. Il fallait bien tourner à droite comme nous l'avons fait, passer devant un joli bouquet de jonquilles et rejoindre la route un peu plus loin. 
  • Après avoir contourné une ancienne ferme, longé son chemin privé et clôturé, traversé une petite route, nous retrouvons notre chemin du matin et profitons à nouveau, cette fois en montée, de la partie la plus grasse du parcours.
  • Retour au parking du « gras », c'est Samatan après 19 km et 350 m de dénivelé.
    Guy

Dimanche 20 février 2022 - Pic d'Estibat - Sommet des Griets

  • Nous sommes 5 pour cette sortie raquettes décalée au dimanche pour cause de mauvais temps le samedi... Nous avons bien fait car nous arrivons au col de Port avec une belle neige fraîchement tombée de la veille.
  • Nous chaussons donc les raquettes dès le départ pour monter hors sentier le long de la forêt et ses sapins enneigés. Que demander de plus que de le poudrouse et du soleil pour bien commencer la journée ! 
  • S'ensuit un beau parcours de crête jusqu'au pic d'Estibat puis direction le sommet des Griets sous un vent qui se renforce. 
  • Nous en profitons alors pour faire nos traces dans la neige immaculée et redescendre vers la forêt sauvage de Sauzet pour manger avec une superbe vue sur le pic de la Journalade. 
  • Enfin retour paisible vers le col de Port en passant par une maison forestière et la cabane d'Estibat. 
  • Nous clôturons cette superbe journée par un pot de l'amitié à l'auberge de la Sapinière.

Ronan

Samedi 19 février 2022 - GR86 de Toulouse à Fontenilles

  • Nous étions 6 pour cette rando « urbaine » au départ du GR86 à Toulouse (GR86 allant de Toulouse à Luchon pour info).
  • Un petit voyage en TER pour aller à Toulouse et hop nous attaquons le bord de Garonne au niveau de l’hôpital de la Grave (quelques cormorans). 
  • Nous atteignons l’embouchure du Touch après une petite visite des arènes romaines de Purpan. On traverse une zone urbaine et on retrouve le Touch que l’on suivra jusqu’à notre destination à Plaisance du Touch. C’est la « coulée verte du Touch » : on y voit les traces des dernières inondations de janvier, quelques jolis tags et des « hérons bihoreau » .
  • Une randonnée Plaines & Vallons de 22km le long de la Garonne et du Touch

    Christophe

Dimanche 13 février 2022 – Le sentier des pigeonniers à Solomiac (32)

  • 29 au départ pour cette rando au départ de la belle halle de Solomiac, en plein cœur du Gers, un département si cher à notre animatrice...
  • Il fait soleil, un peu de vent frais et par un joli sentier nous montons vers la ligne de crête. De cette altitude, à 180 m quand même au-dessus du niveau de la mer, se dévoilera le paysage traditionnel de ce département : des courbes arrondies, pas énormes, mais bien pentues quand même et des champs immenses à perte de vue. A mi-pente un petit arrêt au niveau du premier pigeonnier de cette randonnée, érigé sur un soubassement arrondi.
  • Un peu plus loin nous aurons tout loisir d'admirer la longue course à travers champs de 2 chevreuils vers leur abri.
    Dans notre parcours vers la Gimone, 2 autres pigeonniers retiendront aussi notre attention. Au pont sur la rivière, nous rencontrerons la sécurité environnementale en patrouille dans le secteur.
  • RTS en limite d'un champ et après une petite sieste pour les inconditionnels, nous longeons à nouveau la Gimone avant d'attaquer la dernière côte du parcours. A mi-pente, un petit champ de fraises et plus bas, des tunnels plastiques qui protègent 12 000 plants de fraisiers destinés à  alimenter au printemps le marché hebdomadaire de Mauvezin comme nous le révélera le patriarche du Gleysa avec lequel nous papotons un instant. 
  • Nous terminons notre périple de 15 km et 150 m de dénivelé par le déversoir de la Gimone, le beau lavoir de Solomiac et un tour du centre de la localité, en admirant en particulier la belle halle qui renferme encore au niveau de la charpente le local où les édiles se réunissaient jadis.
  • Sur la route du retour, ce sera la halte traditionnelle aux Bourges : comme d'habitude les pâtisseries remportent un franc succès et les jonquilles en pleine floraison permettent à chacun de repartir avec un beau bouquet !

Merci à Maguy pour cette belle journée gersoise !
Guy

Samedi 5 février 2022 - Saint Antonin Noble Val (82)

  • Cette rando est une combinaison de plusieurs des PR proposés. Depuis le parking en bordure de l'Aveyron à St Antonin Noble Val nous empruntons le PR 9 qui par une longue montée, entourés de végétation couverte de mousse, nous amène au Roc d'Anglars.
  • Deux zones d'envol pour parapente et une via-ferrata y ont été aménagées. De quoi se donner des sensations (il paraît même que le club compte de ces kamikazes!). Le panorama est magnifique et nous offre une vue sur St Antonin et la vallée de l'Aveyron.
  • Le chemin se poursuit sur le plateau entre buis, arbustes et bois et nous amène au hameau de Brousses : charmant hameau aux maisons bien restaurées. Nous prenons notre repas alignés sur un muret de pierre.
  • Puis le groupe se partage entre ceux qui vont descendre la falaise (Brousses est planté en hauteur) par les échelles et les cordes; les autres prennent la route de la Corniche d'où nous avons un beau point de vue sur la vallée. Nous nous retrouvons à l'entrée de Viel Four.
  • Nous empruntons le GR46 qui par un long chemin va nous faire gravir 200m pour mieux redescendre par un chemin raide et caillouteux. Quelques petites chutes sans gravité et glissades et nous rejoignons notre parking.
  • Nous avons traversé le village pour un dernier coup d'œil avant de prendre le pot de la récompense. Nous étions 18 personnes à faire ce parcours de 17 km et 565m de dénivelé

    Annie

Jeudi 3 février 2022 - St Georges (82)

  • Depuis le petit village de St Georges notre randonnée nous amène dans la campagne proche du Causse de Caylus. Nous longeons des champs, traversons des bois de chênes (clôturés car la cueillette des champignons est interdite) ... 
  • Nous traversons des villages présentant des églises avec des murs-clochers et des lavoirs. Puis nous passons près de la source du Daudou dont les eaux jaillissent d'une cavité rocheuse et nous atteignons le camp de Jude où un mémorial en hommage aux déportés de la 2ème Guerre Mondiale a été dressé. 
  • Un lavoir à proximité nous offre un abri pour le repas (que nous écourtons car un vent froid s'était levé) pour enfin atteindre le charmant village de Cayriech aux maisons en pierre, bâti sur la rivière la Lère. Après une petite visite nous rejoignons St Georges.
  • Malgré des températures basses et un peu de brouillard, nous étions 23 participants pour cette boucle de 19km et 200m de dénivelé

    Annie

Samedi 22 janvier 2022 – Faget Abbatial (32)

  • Dans le  Gers entre Gimone et Arrats, le groupe de 17, à notre arrivée sur le parking, a été accueilli par un guide local à quatre pattes. Ainsi  « Lou Can » nous a fait découvrir par un froid sec et  givré mais  sous un soleil radieux :
    • l'église et l’abbaye de Faget Abbatial,
    • des prairies menant à La rivière Lauze desquelles surgissaient des hardes de chevreuil,
    • la chaîne pyrénéenne aux sommets enneigés,
    • des sentes boisées menant au village de Lamaguère.
  • Nous avons pique-niqué en plein soleil, au bord de L’Arrats à coté de l'église  et du moulin, abritant des outils anciens.
  • Une fois nos forces reconstituées, nous avons repris les sentiers pour finir notre boucle. Après 20 km et 400 m de dénivelé nous avons apprécié le pot de l’amitié dans un bistro de campagne.

Alain D

Merci à Jean Marie et Alain M pour leurs photos

Jeudi 6 janvier 2022 - Pic de Nède

  • Pour cette première randonnée de cette nouvelle année, nous sommes 12 au départ de Rouech en Ariège, à l altitude de 1000m, pour tenter de relier le sommet du modeste Pic de Néde (1637m).
  • Le départ se trouve dans la forêt de Saint Lary Ariège. Nous empruntons un chemin forestier dans des arbres dont les branches sont recouvertes de la neige fraiche tombée durant la nuit précédente. La température est plutôt froide environs -4 °C mais le ciel est bleu et le soleil va nous accompagner toute la journée.
  • Tout le long de ce chemin devant nous conduire au col de Néde, le paysage est féérique. De vraies cartes postales. En un peu moins de 2 heures, nous arrivons légèrement en dessus du col de Nède à 1370m d’altitude, ou nous sommes obligés de mettre nos raquettes dans environs 30 cm de neige fraiche. 
  • Nous commençons notre ascension vers le Pic en pratiquant des zig- zac  dans la pente qui se redit fortement. La neige poudreuse, pas très épaisse n’est pas porteuse et il est difficile de marcher au travers des bruyères. Arrivés un peu plus haut que le Rocher de Peyre Guillaire nous devons traverser un éboulis, et là cela se complique car ça devient dangereux et risquons carrément de nous tordre les chevilles ou les genoux, la neige n’étant pas assez porteuse. Nous décidons donc d’un commun accord de faire demi-tour & l’altitude de 1512m proche du sommet à 1637m. Nous redescendons jusqu’au col de Néde ou nous décidons de prendre notre repas au soleil.
  • Après celui-ci je décide de repartir en faisant une boucle, mais devant la réticence d’une partie de mes coéquipiers, qui ont peur que je les perde, nous faisons demi-tour et reprenons le chemin de la montée pour rejoindre nos véhicules. Dommage, car il est quand même plus intéressant de faire une boucle quand cela est possible et ne représente aucune difficulté supplémentaire.
  • Après avoir pris un pot à Aspet, nous nous séparons pour rentrer à Léguevin.

Merci à Michèle et Alain M pour leurs photos.

Alain CAMPGUILHEM